Nous sommes ravi.e.s de vous présenter notre tout nouveau site spécialement conçu pour les passionné.e.s et les professionnel.le.s du piano !

Ce projet a été rendu possible grâce au travail soigné de Cédric Charrier, qui a investi son temps et son expertise pour répondre à chacun de nos besoins.

Une Plateforme Intuitive pour les Professionnels :

L’une des caractéristiques phares de notre site est la carte interactive, un outil mis à la disposition des professionnel.le.s adhérent.e.s, offrant aux entreprises une belle visibilité sur les différents services et prestations qu’elles proposent.

Mise en Avant des Formations Professionnelles Continues avec l’ITEMM :

Tout au long de l’année, l’ITEMM propose aux technicien.ne.s des formations continues. EuroPianoFrance met en place ses nouvelles “cartes formations” et leur apporte ainsi une nouvelle visibilité plus claire et plus intuitive.

Le tutoriel YouTube :

Si vous vous sentez un peu perdu.e sur notre nouveau site, ne vous inquiétez pas ! Nous vous avons préparé une vidéo détaillée qui présente le site dans ses moindres détails.

Lien de la vidéo sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=luoHx8EyOiM

Nous espérons que cette plateforme deviendra un lieu de rencontre et d’échange, et qu’elle saura satisfaire vos besoins.

Bonne visite à toutes et à tous !

Guy Mann

Mot de Jean Morfin pour rendre hommage à Guy Mann décédé début avril:

 

Guy Mann, un grand monsieur

“J’ai appris avec tristesse le décès début avril de Guy Mann. Il fut un grand Monsieur du piano et longtemps un adhérent de l’AFARP. Il était issu d’une famille de techniciens du piano de la manufacture Gaveau. J’ai oublié combien de générations chez Gaveau…

Tout a commencé en 1977, j’ai rencontré Guy alors qu’il était Directeur Technique de piano Center. Il y avait trois frères Mann, Guy et Roger (dit Jeannot) chez Piano Center et Marc chez Hanlet. A cette époque Piano Center était une entreprise qui employait environ une cinquantaine de personnes. Le principal magasin était à la Garenne Colombes et l’atelier à côté. Celui-ci importait entre autre les pianos Sauter et également les pianos à queue Kawai. Ceux-ci arrivaient en France équipés de marteaux Renner sans que la finition des marteaux soit faite. J’avais déjà une dizaine d’années de formation dans le piano dont deux ans en manufacture chez Rameau à Paris et Alès et Euterpe/Feurich à Langlau. Je suis resté trois ans à travailler avec Guy qui m’a formé sur la finition et l’harmonisation.

Guy était apprécié de chacun. Sa pondération, sa patience, son savoir étaient autant de qualités qui en faisaient un excellent Directeur Technique. L’exigence était de règle. Chaque piano droit neuf vendu passait par l’atelier avant livraison pour un contrôle de finition de deux heures environ (hors accord) Certain samedi vingt ou trente pianos se vendaient. Pour les queues Kawai le travail d’harmonisation et de finition prenait vingt heures par piano toujours hors accords. Nous étions à une période, cinq harmonistes finisseurs pour les queues et chacun avait sa sonorité, scintillante, ronde, ronronnante, avenante, etc…

Un Directeur technique moderne

Etant Directeur technique, Guy aurait pu imposer un son pour ces pianos. Au contraire, il laissait chacun s’exprimer. Il laissait se faire ce travail entre les qualités ou défauts du piano et l’expérience et le gout de l’harmoniste. Pour moi, à partir d’un certain niveau, chaque harmonisation était comme un travail de sculpture, la même émotion à l’instant ou la forme apparaît ou le son de l’instrument est là et qu’il n’y a plus qu’à finir, à parfaire.

Avant d’en arriver là, pendant des mois ce fut un accompagnement par Guy que je dérangeais régulièrement une fois, deux fois, trois fois par jour pour qu’il vienne écouter, corriger, commenter mon travail et me donner les outils, les conseils pour aller plus loin. Et si nous avons tous deux quitté Piano Center, nous avons longtemps conservé une amicale relation ? C’est au nom de cette amitié et du très grand respect que j’avais pour lui que je tenais à partager avec vous ces quelques souvenirs.”

Jean Morfin

piano Una Corda

Piano Klavins

David Klavins est un luthier germano-letton.En 1945, les parents de David Klavins, Paulis et Zeltite, sont arrivés en Allemagne en tant que réfugiés de Lettonie .
. Avec son “Modell 370” (1987), il introduit le plus grand piano du monde. Après avoir terminé le collège en 1971, David Klavins a commencé un apprentissage de luthier au Wilhelm Schimmel Pianofortefabrik à Braunschweig . En 1976, il a créé sa propre entreprise, la “Klavierhaus Klavins” à Bonn. Klavins est arrivé au constat que les matériaux utilisés dans la fabrication du piano sont obsolètes. En novembre 1987, il présente le “Klavins Klavier Modell 370” au public de la ville allemande de Bonn, piano à queue vertical dont la table d’harmonie est 2 fois plus grande.

Modèle Una Corda

piano Una Corda
– Cordes parallèles
– Monocorde
– 64 touches (La0 à Do6)
– Cadre acier inoxydable
– Table d’harmonie deux plis sans barres
– Hauteur roulettes comprises: 117 cm
– Largeur: 133 cm
– Profondeur: 67cm
– Poids approx. : 100 Kg

Modèle Una Corda M189

– Cordes parallèles
– Monocorde
– 88 touches
– Cadre acier
– Table d’harmonie deux plis sans barres
– Surface active de la table d’harmonie : 1,748 m2
– Longueur de la corde la plus longue : 1418 mm
– Hauteur: 189cm (206cm avec pieds et roulettes)
– Largeur: 220cm
– Profondeur: 70cm (100cm avec les pieds et les roulettes)
– Poids: approx. 550 kg

Modèle M450i

piano M450
– Cordes parallèles
– 88 touches
– Cadre d’acier
– Table d’harmonie double en épicéa
– Longueur de la corde la plus longue : 3901 mm
– Cordes Stephen Paulello
– Têtes de marteaux ABEL
– Système MIDI embarqué
– Hauteur: 4m50
– Largeur: 2m20
– Profondeur: 29 cm
– Poids approx. 1.100 kg

 

stage RCT 4

Stage Marcel Lapointe

Stage Marcel Lapointe

L’objectif était triple:
– Comprendre et utiliser pleinement le logiciel RCT Cybertuner
– Procéder à l’harmonisation des cordes avec le logiciel
– Et être capable d’éliminer les fausses vibrations des cordes en utilisant le logiciel
Ce stage a eu un franc succès, ci-dessous vous pouvez voir les images parlant d’elles-mêmes

stage RCT 4 stage RCT 5stage RCT 6stage RCT 7stage RCT 3 stage RCT 1

Communiqué aux Rencontres Techniques du Havre -Mai 2019.

HISTOIRE RÉCENTE DE NOTRE MUSÉE : quel bilan de ces 8 années depuis juin 2011 ?
– gestion du parc, entretien, concerts, stages.
– action municipale et relations avec la Mairie.
– quel rayonnement pour notre profession et pour la culture ?

1-Rappel des principales étapes depuis juin 2011

  • Juin 2011 :
    Journée de travail à Limoux :
    Projet d’inscription du Musée au CIMCIM et à l’ICOM.
    Lancement des plaquettes, cartes postales et du site.
    Ateliers de remise en état de jeu des instruments- Master Classes- Festival autour du pianoforte Comité d’honneur, nos liens avec l’ITEMM et son pôle formation.
  • Année 2012
    Première campagne photo
    Publication plaquette : Le piano sous toutes ses formes : la collection du musée du piano de Limoux
    Mai 2012 :
    Congrès de Europiano- France dans l’église St Jacques.
    Stage de formation au Musée avec Christopher Clarke : les principales mécaniques de pianoforte ; réglage et harmonisation.
    Concert de Pierre Goy sur deux pianos copies d’anciens : Conrad Graf copié par C. Clarke et Steinway « de cuisine » copié par C. Maene
  • Septembre 2012 et mois suivants :
    Arrivée de la collection des pianos de Jean Haury et de celle de ses pianos jouets
    Livraison du calicot de l’INPI.
    Don de 2 coupes de mécaniques fabriquées à l’ITEMM.
  • Octobre 2012 :
    Réunion importante avec la Mairie pour concrétiser notre partenariat.
  • Année 2013
    Deuxième campagne photo
  • Avril 2013   :
    Stage de formation : nettoyage muséal des pianos avec Alain Moysan et Frédéric Leblanc restaurateur au CRRMF
  • Juin 2013 :
    Conseil du Musée- Groupe pilote- Référent auprès du CA.
    Projets pour le Musée : plaquettes pédagogiques.
    On envisage toutes sortes de moyens pour rendre vivant et un minimum lucratif notre musée : locations et enregistrements, banque de données construite à partir de notre collection.
  • Année 2014 :
    Projet MusicOMusée : c’est la volonté de participer musicalement via nos instruments à l’activité locale.
    Les projets que nous présentons à M. le Maire pour l’été 2014 ne sont pas acceptés.
  • Avril 2015 :
    Regain d’espoir : la Mairie nous propose à EPF d’organiser 2 concerts de piano dans le Festival. John Branch et Daria Fadeeva sont retenus respectivement les 29 mai et le 6 aout 2015.
    Le Conseil demande au CA d’accepter le principe de consacrer un budget pour les techniciens de notre association qui préparent dans ce cas les pianos (aide d’hébergement et voyage inclus). Impossibilité de la finance.
  • Juin 2015 :
    Stage de formation chez Jean Jude avec Frédéric Leblanc : utilisation des gels dans la restauration des pianos anciens.
  • Années 2016 et 2017 :
    Gestion habituelles des dons par Jean-Jacques ; pas de stage de formation au musée. Travaux importants de réfection du bâtiment (réparation du toit, remise aux normes de l’électricité).
    La Mairie accepte une proposition EPF d’un concert pour le Festival en août 2017.
    M. le Maire nous demande de libérer l’espace à droite en entrant (qui nous servait pour entreposer des pianos moins intéressants ou du matériel) pour le transformer en pièce confortable comportant une vidéo de présentation historique et de mise-en-bouche destinée au public.
    Réfection de l’installation électrique par la mairie
  • Juin 2018 :
    Stage de formation au Musée avec Christopher Clarke : les principales mécaniques de pianoforte ; réglage et harmonisation. Outre les mécaniques amenées par Christopher,
    4 pianos cobayes en état de jeu sont amenés par les stagiaires pour y travailler 3 jours complets.

2-Bilan- Amorçons un débat,

Le Musée nous concerne tous. Il est notre bien commun, il est magnifique et participe bien au rayonnement de la profession et de notre culture.
Mais le Conseil du Musée lance une fois de plus l’alarme : nous ne pouvons plus fonctionner sans une aide minimale pour les transports des pianos qui font l’objet d’un don. Trouvons une solution ensemble ! Le débat est lancé sur ce premier point.

Un second point à aborder : celui de la mise en route d’une première restauration d’un des instruments de la collection. Comment trouver un financement ? Participation des membres et/ou crowdfunding ? On ne peut pas demander à la Mairie, ce n’est pas son rôle .
A la fin du stage de juin dernier, le pianoforte Henri HERZ, don de Philippe Jeunier, a retenu notre attention. Christopher accepterait de nous guider dans sa restauration, mais on se heurte à la question de l’achat des fournitures ainsi que du coût des transports à envisager : Limoux vers Cluny ou vers d’autres ateliers aller-retour.

Un dernier point, celui de la préparation des instruments qui servent au Festival lorsque la Mairie nous fait participer à la programmation musicale : un petit budget devrait pouvoir être alloué à ceux qui s’engagent à le faire (travail, hébergement et frais de déplacements).

Ce débat sera lancé lors de nos prochaines rencontres techniques au Havre.
L’équipe du Conseil du Musée de Limoux
Jean-Jacques, Jean-Claude, Xavier et Pascal

Lève piano droit, l’idée de Paul- Etienne Berlioz

Le métier de technicien est un métier où parfois une remise en question est nécessaire due à la santé.

Par exemple, des problèmes de dos peuvent notamment survenir. Si le problème devient plus grave, cela peut remettre en question la pérennité de l’entreprise si, jusque là, le technicien avait effectué le transport grâce à des machines comme le Piano Plan.

L’avantage d’être adhérant à EuroPiano France c’est qu’au sein des adhérents, il y a forcément plusieurs personnes qui se retrouvent confrontées aux mêmes problématiques.

C’est ce qu’est arrivé à Paul-Etienne Berlioz qui a trouvé la solution ci-dessous:

En étant plusieurs, le coût serait plus faible, l’alliance fait la force!A vous de jouer